Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je l'attendais, on l'attendait ce nouveau magazine pour cet event inédit et bien le voilà ! Ce premier numéro du premier event des New 52, faisant suite au crossover Trinity War est scénarisé par Geoff Johns et dessiné par David Finch (une équipe artistique qui promet du bon hein ?), pour le reste du sommaire on retrouve encore et toujours du Villains Month : Scarecow, Bane, The Rogues, Grodd censés préparé le terrain pour les mini-séries spin-offs de Forever Evil, à savoir Arkham War et Rogues Rebellion (on retrouvera aussi A.R.G.U.S.) qui seront publiés intégralement jusqu'au numéro 7 final du magazine.

Forever Evil #1A



Forever Evil #1B


Je ne sais pas si j'ai eu réellement raison de l'attendre, mais, ce premier numéro annonce de bonnes choses pour la suite. 
Un bad guy à terre, un justicier enlevé et une horde de vilain surplombée par six personnages à l'allure tout autant glorieuse que malfaisante. Le décor est posé déjà avant que la Terre soit plongé dans l'obscurité. C'est sans doute cela qui m'a plu dans ce premier numéro. Geoff Johns a un don et lorsqu'il ne le gâche pas ses histoires prennent vie. 
Au niveau des dessins, David Finch est capable du meilleur (l'assemblée des super-vilains) comme du pire (Nightwing). J'espère que contrairement à ce que j'ai pu lire par-ci par-là il se reconcentrera afin de nous offrir quelque chose d'aussi beau que son The Dark Knight. Surtout qu'ici, ses dessins ne sont pas gâchés par les ombres omniprésentes de ses numéros sur Justice League of America.
En espérant que la suite sera encore meilleure !


The Flash #23.3 : The Rogues
Le Villains Month prend aussi ses aises dans ce magazine, et, si tout ses numéros étaient de la trempe de celui-ci, j'aurai passer de meilleures moments de lecture.
Ainsi, c'est l'équipe de The Flash qui s'occupe de ce one-shot, Brian Bucellato et Fran... ah non ... Patrick Zircher, mais c'est tout comme. Sachez-le, je ne suis pas un grand fan de la série The Flash car, ayant raté les premiers numéros de DC Saga j'ai connu une difficulté à appréhender la série et j'ai toujours du mal vu qu'elle forme un tout. Et, il a fallu attendre ce Villains Month pour que tout s'éclaircisse, et pour cause, ce qui n'ont jamais lu de Flash et n'ont jamais vu les Lascars comprendront ce numéro plus qu'il n'en comprendront aucun autre. Ce numéro, c'est une origin-story, un prologue, une transition, c'est un peu de tout et présenter d'une main de maître par Bucellato.
Au niveau des dessins, Zircher ne nous fait pas regretter Manapul. En même temps, la ressemblance de leur style est trompeuse et n'est pas un défaut tellement cela rajoute du dynamisme et du fun à l'histoire.
Vivement Rogues Rebellion !


The Flash #23.1 : Grodd

Si vous avez aimé The Rogues, vous adorerez Grodd. Et pour cause, c'est toujours du Flash, et toujours aussi palpitant !
On retrouve toujours le même Brian Bucellato au scénario. Un scénario tout aussi habilement écrit de sa part (on a l'habitude me direz-vous) où Grodd fait son retour. Et si défaut il y a c'est bien ce retour dont la cause est simplement évoqué mais rien n'est poussé et les plus curieux se demanderont comment a fait Grodd pour sortir de la Force Véloce. Enfin bref, un numéro rythmé où l'action est omniprésente et où la ville de Flash tombe au main d'un Gorille.  
Pas de Francis Manapul ou de Francis Manapul bis à la pallette graphique car c'est Chris Batista qui s'en charge. Et dire qu'il est fait pour dessiner des gorilles serait un euphémisme tellement la puissance qui s'en dégagent et le charisme de Grodd sont ressentis.
C'est un one-shot, ça se lit vite, bien mais j'espère pouvoir lire une suite du niveau.


Detective Comics #23.3 : Scarecrow
Et puisque toutes les bonnes choses ont une fin, voyons ce que nous a réservé Scarecrow.
Non pas que je n'aime pas le personnage, non pas que je n'aime pas l'auteur qui l'écrit, non pas que je trouve détestable l'art de Szymon Kudranski, mais, le tout assemblé, ça a donné quelque chose de pas très bon il faut l'avouer.
L'épisode se résume à une ballade dans Gotham City, où L'Epouvantail répète inlassablement les mêmes choses. D'un côté c'est un aspect intéressant, surtout quand on apprend comment est désormais gouverné Gotham, mais d'un autre côté c'est fichtrement mal écrit. La déception est double lorsque cela vient de Peter Tomasi.
Niveau dessin, je ne trouve pas Szymon Kudranski super, certainement car ce n'est pas un style passe-partout, heureusement, cet épisode lui a permis de refléter utilement l'obscurité de Gotham.
Un épisode qui est surtout là pour combler j'ai l'impression.


Et si Scarecrow m'avait refroidi, cet épisode m'a clairement mis sur les fesses ...
C'est encore Tomasi au scénario et c'est encore un piètre travail de sa part. C'est encore moins plaisant à lire que Scarecow car l'aspect un minimum intelligent et intéressant laisse place à des bagarres toutes bêtes. C'est méchant, c'est gratuit, ce n'est clairement pas digne de Bane qui est ici relayé au rang d'un barbare bodybuildé qui tabasse tout ce qui bouge (et quand je dis tout, c'est tout) sans aucune réelle raison.
Les dessins sont quand à eux vraiment moyen. Selon moi, Graham Nolan n'est là que pour appuyer l'aspect bête et méchant avec ses personnages bodybuildés et les veines ressortant de la peau.
Bon, tout n'est pas à jeter et pour vous prouvez que je ne suis pas si mauvaise langue que ça, j'avoue bien aimé le chara-design (au niveau du costume hein) de Bane sympa.
Allez, prions pour ne pas relire la même chose le mois prochain.



Si Forever Evil #1 est annonciateur de bonnes choses, si les épisodes de Flash sont très bien écrits et dessinés, les épisodes du Bat-verse le sont beaucoup moins. Servant surtout à meublé et/ou à teaser Arkham War, il n'apporte pas grand chose si ce n'est pas mal d'ennuis en les lisant. Je ne le répéterai jamais assez mais j'ai été déçu par Peter Tomasi, parfait architecte de l'univers de Batman lors de ces New 52 (Batman & Robin) qui sait très bien faire des histoires tournant autour d'autre chose qu'une relation père/fils (Green Lantern Corps). J'espère donc qu'Arkham War, toujours scénarisé par Tomasi, sera beaucoup plus plaisant. En tout cas aucune crainte pour Rogues Rebellion et la suite de Forever Evil.
Tag(s) : #Review

Partager cet article

Repost 0