Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si je vous aies traduis une interview de Robert Venditti il y a peu, ce n'est pas pour rien. Et pour cause, Lights Out (Extinction en VF) a débarqué en France vendredi (enfin, pas pour tout le monde apparemment) dans le vingt-sixième numéro de Green Lantern Saga. Est-ce que ce premier crossover depuis le départ de Geoff Johns du titre principal et des changements des équipes artistiques étaient à la hauteur ? La réponse ci-dessous ! Attention, la présentation est différente de d'habitude pour ce numéro car étant une saga complète, je trouve ça plus facile de traiter ça comme un ensemble qu'épisode par épisode.

Green Lantern Saga #26



Contient : Green Lantern #24; Green Lantern Corps #24; Green Lantern : New Guardians #24; Red Lanterns #24; Green Lantern Annual #2


L'univers des Lantern est mis (encore une fois) à rude épreuve avec Relic et son apport de révélations choques. Petit rappel des épisodes précédents (New Guardians #21-23 dans Green Lantern Saga #22-24 et Green Lantern 23.1 dans Green Lantern Saga #25) : après avoir accompagné les Gardiens Templiers à une anomalie au fin fond de l'univers, le White Lantern Kyle Rayner a malencontreusement libéré un être de l'univers précédent le nôtre : Relic. Ce gigantesque être humanoïde impose ses théories et son vécu à la galaxie : les Lantern doivent être éliminés avant qu'ils mettent fin à toute vie comme les Luminiers de l'ancien univers. Et, après avoir détruit le nouveau QG des Blue Lantern, la planète Elpis et massacré les Lantern de l'espoir, il collecte leur énergie bleu avant de se diriger vers Oa ...

Extrait de Green Lantern #24, dessins de Billy Tan

Si les crossovers de l'univers Green Lantern sont devenus fréquents depuis le reboot des New 52, celui-ci est le premier écrit depuis la fin de l'ère Geoff Johns. C'est une ribambelle de scénariste avec Robert Venditti en tête de pou et de dessinateurs qui ont travaillés main dans la main (ou pas) pour faire de ce crossover un moment de lecture inoubliable.

Inoubliable, c'est le mot. On se prend des claques à chaque page, on savoure l'interaction entre les personnages, les retournements de situation nous font frissonner et les révélations sont toujours aussi croustillantes. Le problème est que, c'est un crossover de plus qui s'ajoute à la longue liste depuis Sinestro Corps War (à lire dans Geoff Johns présente Green Lantern) et arbore toujours le même schéma, celui d'un blockbuster. Un blockbuster intelligent mais un blockbuster tout de même. Certains ressentiront sans doute un ras-le-bol de relire toujours une histoire où l'univers entier est menacé et où en fin de compte les héros triomphent.

Extrait de Green Lantern Corps #24,
dessins de Bernard Chang
Et si le scénario est bien mené, le niveau graphique l'est sans doute un peu moins. Ne vous attendez pas à retrouver une unité graphique. Il y en a un semblant si l'on ne prend en compte que les dessins de Allessandro Vitti (Red Lanterns) et Brad Walker (New Guardians) ou ceux de Billy Tan (Green Lantern) et Sean Chen (Green Lantern Annual) mais il est clair que ceux qui veulent un aspect visuel unifié autant que le scénario vont être déçu. Il n'en demeure pas moins que chaque dessinateur nous fait vivre le crossover différemment. Si Billy Tan met l'accent sur le dramatique de l'histoire, les dessins de Bernard Chang en démontre le dynamisme et l'action, si Brad Walker accentue les émotions des personnages, Allessandro Vitti fait très bien ressortir la rage de ces derniers. Après, il est clair que chacun aura ses préférences et certains verront, comme moi, de réel différence de niveau entre les dessinateurs. Le choix des couleurs lui, est cependant, toujours très inspiré et c'est à féliciter.



Autre chose à féliciter, c'est la fin. On est loin d'une happy end à la Geoff Johns et sans spoiler, on reconnaîtra que le statu quo en prend un coup et qu'il y aura des dommages collatéraux. Le lecteur lui-même restera mitigé lorsqu'il verra les réactions de certains Lanterns face à leur "victoire". Il est clair que maintenant, on se demande comment sera la suite et on veut toujours en savoir plus.

Extrait de Red Lanterns #24, dessins de Alessandro Vitti

En conclusion, ce crossover sera une merveilleuse lecture pour certains et une redite pour d'autres. Moi, j'ai assurément adoré. Urban Comics fait toujours du bon travail au niveau éditorial que cela soit au niveau des dossiers que pour la simple idée de publier le crossover sur un mois (quitte à supprimer notre dose mensuel d'Earth-2). A lire pour tout fan de l'univers des Green Lantern !
Tag(s) : #Review

Partager cet article

Repost 0