Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette bande dessinée n'est pas la plus connue des Deadpool et elle est à mettre un peu à part de ce qui se fait sur le personnage d'ailleurs... Adam Glass, Mike Behson et Laurence Campbell nous offrent un comics qui sort du lot et nous montrent une nouvelle facette du personnage de Deadpool dans un univers pulp. Deadpool Pulp est publié aux États-Unis en 2010 et verra sa publication en France chez Panini Comics à partir de 2012. Un comics accessible pour seulement 12.50€. Ce prix s'explique surtout car le comics est extrêmement court (environ 100 pages). Il rentre dans la collection Marvel Noir.

   

Contient : 



Wade Wilson, alias Deadpool, est l'agent de la CIA le plus dangereux et efficace durant la guerre froide. Il est le seul homme capable d'intercepter une mallette nucléaire sur le point d'être livrée aux ennemis de l'Amérique... du mois, si les fantômes de son passé ou un complot international ne viennent pas bouleverser ses plans.
Femmes fatales, espionnage et intrigues palpitantes sont les ingrédients de ce récit pulp écrit par Mike Benson et Adam Glass (Deadpool : Suicide Kings, Luke Cage Noir), et illustré par Laurence Campbell (Punisher).

La collection Marvel Noir  est le nom générique d’un ensemble de comics thématiques publiés par Marvel Comics depuis 2009. Le scénariste Fred Van Lente et le dessinateur Dennis Calero, en créant la mini-série X-Men Noir, ont initié un genre qui combine des éléments des films noirs et des magazines pulps avec l’univers super-héroïque Marvel.

Les histoires se déroulent en dehors de la continuité Marvel. La prémisse de base de ces séries est de transposer les super-héros actuels dans les années 20 et 30, en remplaçant leurs pouvoirs par des traits de caractère archétypaux des romans noirs, dans un style graphique très contrasté proche du noir et blanc. Et c'est souvent réussis (cf : Wolverine Noir, Daredevil Noir, Spider-Man Noir, Luke Cage Noir, ...).


Nous nous trouvons donc dans les années 70 avec le personnage de Wade Wilson, un soldat bien gradé et hautement estimé par l'armée américaine. Une méchante, du nom de Outlaw est revenue aux États-Unis et à volé une mallette nucléaire pouvant détruire une partie des ennemis (les soviétiques en l’occurrence) pour déclencher "la troisième guerre mondiale". Un scénario classique à première vue, mais qui est bien rendu durant tout le comics et presque sans fautes. 

Le soldat Wilson doit donc retrouvé cette femme et l'arrêté dans ses plans. Seulement voilà, Wilson a à faire à la seule femme qu'il n'a jamais aimé. A priori ils se connaissaient déjà avant ce récit et ils ont dû avoir une aventure ensemble. Mais rien n'est clairement expliqué sur leur relation dans cet ouvrage.

La particularité de ce comics c'est que nous nous trouvons avec un personnage qui est troublé et choqué par la guerre. C'est un soldat qui a violé et massacré pendant des années et forcément ça a quelques séquelles... C'est là qu'intervient sa double personnalité. Et oui, que serait Deadpool sans ses troubles de la personnalité ? Le personnage a donc deux personnalités, ou trois plutôt. Il entend deux voix dans sa tête (l'une un peu folle et l'autre complètement drôle) mais il joue aussi le personnage de Deadpool, sa troisième personnalité créé grâce à la guerre. C'est un homme perdu qui se soulage uniquement lorsqu'il enfile son costume rouge et noir. Sur ce point, ce comics peut d'ailleurs faire pensé au film "Jacob's Ladder" d'Adrian Lyne où on retrouve un personnage un peu dans le même cas, un homme qui est perdu, que la guerre a ravagé et qui commence à voir des choses étranges et à avoir plusieurs personnalités. 
C'est donc là le point fort de ce comics, on a vraiment droit à un vrai bon traitement du personnage de Deadpool. 



Mais concentrons nous sur l'histoire principale. Deadpool est à la poursuite de la grande criminelle Outlaw (nom super original au passage); et comme d'habitude on se met en travers de son chemin. Alors il tuera, comme il sait le faire. Bien que l'époque et le contexte sont complètement différent de ceux auxquels nous avons l'habitude de voir le personnage, nous retrouvons quand même notre bon vieux Deadpool avec son humour bien à lui. Un humour bien absurde qui revient fréquemment grâce aux voix qu'il entend dans sa tête.

Je tiens quand même à précisé que toute cette histoire ce situe avant la transformation de Deadpool et d'ailleurs ce sont de bonnes "pré-origines". Le personnage n'a pas encore toutes ses particularités telles qu'on les connait (invincibilité, grande agilité) mais il se débrouille quand même très bien. C'est un peu un James Bond, je pense notamment aux planches lorsqu'il est en smoking. Belle référence à l'agent 007.

Un personnage fou et amoureux qui massacre au nom de... au nom de tuer. Car c'est là son seul objectif, tuer. Il aime ça et il en prend du plaisir. Un peu à la fin du comics il se fait prendre et se rend compte qu'il a été contrôlé et manipuler pendant tout le long de la guerre. Le personnage de Ike, le grand méchant lui explique alors tout ce qui s'est passé. Deadpool n'aurait pas fait la guerre mais il aurait été le fruit d'une expérience scientifique dans le but de contrôler le mental des gens, et de s'en servir comme esclave pour réussir des mission périlleuses. Mais Wade arrivera à s'en sortir grâce à sa double personnalité, c'est elle qui va le sortir du pétrin. Deadpool tue Ike et va retrouver Outlaw pour une terrible fin. Une très belle fin digne d'un bon comics. (Je ne vais pas vous la raconter en entier car ce serait vraiment du gros spoil). Mais au final Wilson arrive à intercepter la bombe à temps et à s'en sortir. Il sauve donc l'Amérique et empêche une nouvelle guerre d'éclater. 
A la toute fin, on retrouve le personnage de Wade, brûlé par la bombe nucléaire et ravagé par un cancer. C'est là qu'un homme arrive et lui propose "L'Arme X"...

Sur le plan graphique, le comics est réussis à 100%. Les dessins de Campbell collent parfaitement à l'univers et à l'époque. Ni trop sombre, ni trop claire, la colorisation est très bien achevée elle aussi.
Et sans parler des couvertures de Jae Lee... qui sont magnifiques. Vraiment une très bonne équipe sur ce comics et c'est plutôt réussis.

Mais malgré tout ses bons points il y a quand même des imperfections... Avec notamment des  personnages pas assez développé, je pense à Gauchère ou à Outlaw qui sont des personnages qui méritent d'avoir une vraie explication, ne serai-ce que de deux pages.
De même pour Wade, on ne sait pas bien ce qu'il c'est passé lors de cette guerre, on aimerait en savoir plus. Même si à priori quelques planches de ce comics se passent dans sa tête... (Il faut lire le comics pour comprendre).



Un bon comics en somme avec un bon traitement de personnage. L'univers et les dessins sont géniaux et sans fautes. Seulement quelques incohérences et oublis de précisions... Panini ont fait également quelques fautes de frappes et de mauvaises traductions dans cette BD... 
Un comics court mais efficace avec une fin comme on en voit rarement. Un très bon One-Shot pour 12€50. Très bon si l'on veut commencer le personnage de Deadpool ou qu'on aime pas franchement les super-héros.


Tag(s) : #Marvel, #Review, #Deadpool

Partager cet article

Repost 0